UrgInfo 64A

L’Aide Médicale Urgente en France

mardi 15 août 2006 par Jean Goalard , Tarak Mokni

Depuis plus de trente ans, la France a fait le choix d’assurer la médicalisation précoce des urgences sur les lieux de la détresse . L’application de cette doctrine a conduit à définir l’organisation de l’aide médicale urgente autour des SAMU chargés de la réception et du traitement médical des appels d’urgences et des SMUR pour la médicalisation précoce des urgences et le transport des blessés graves.

Un réseau couvrant tout le territoire :

On dénombre Actuellement :
-  105 SAMU pour 100 départements (5 départements disposent de 2 SAMU tels les Pyrénées Atlantiques où cohabitent les SAMU 64A & 64B).
-  350 SMUR, soit en moyenne 3 à 4 SMUR par département.
-  24 hélicoptères SAMU permanents basés au sein des hôpitaux.
-  13 hélicoptères SAMU utilisés de façon saisonnière.

Ce réseau permet à la population un accès facile à un médecin régulateur (15) et un recours rapide à un SMUR (15 mn par SMUR héliporté)

(JPG)

Les SAMU

Un SAMU (Service d’Aide Médicale Urgente) est un service hospitalier qui comprend :

  • un centre de réception et de régulation des appels (CRRA) ou « Centre 15 », (numéros gratuits : 15 et 112 [1]) qui travaille en collaboration permanente avec un Service d’Incendie et de Secours (SDIS) avec lequel il dispose d’interconnexions téléphonique (entre 15 et 18) et radio (réseau SSU [2]).
  • un centre d’enseignement des soins d’urgence (CESU), chargé de la formation initiale et continue des acteurs de l’urgence.

Les missions du Centre 15 sont :

  • d’assurer une écoute médicale permanente du 15.
  • de déterminer la réponse la mieux adaptée aux problèmes médicaux qui lui sont soumis. Cette réponse peut être :
    • un simple conseil médical.
    • l’envoi d’un médecin de ville.
    • l’envoi d’une ambulance privée (domicile)
    • le déclenchement d’un VSAV (voie publique)
    • l’engagement de moyens de réanimations mobiles (SMUR)
  • de déclencher le moyen de secours dans le délai le plus rapide.
  • de suivre le bon déroulement de la mission.
  • d’organiser le transport du patient.
  • de préparer l’accueil hospitalier du patient.

En indiquant la réponse adaptée en fonction de la demande exprimée, le principe de régulation des Urgences joue un rôle essentiel, il permet :

  • d’éviter de nombreuses hospitalisations inutiles,
  • d’économiser des ressources spécialisées rares et onéreuses,
  • de détecter parfois dans une demande simple un problème médical sérieux,
  • de réguler les flux d’Urgences et ainsi limiter l’engorgement des Services d’Urgences.

Toutefois le bon fonctionnement de la régulation suppose de pouvoir disposer d’une panoplie de réponses adaptées. Ors, la diminution actuelle de capacité de la PDS [3] entraîne un recours plus important aux transports ambulanciers et à aux urgences hospitalières pour des pathologies ne le justifiant pas.

Le SAMU est aussi un acteur fondamental dans les situations de crise impliquant de nombreuses victimes. cf. § Catastrophe

(JPG)

Les SMUR

Le terme de SMUR désigne 2 entités :

  • Le Service doté d’un moyen SMUR : il peut être une annexe d’un SAMU, mais peut aussi être basé dans un établissement sans SAMU (350 SMUR pour 105 SAMU). Dans ce cas, une convention le lie au SAMU territorialement compétent. Un SMUR est, en quelque sorte, le bras armé du SAMU quand le SAMU est la partie fixe du dispositif de l’aide médicale urgente.
  • Le moyen SMUR : il est composé :
    • d’une équipe médicale avec un médecin urgentiste, un(e) infirmier(e) et un ambulancier.
    • d’une Unité Mobile Hospitalière (UMH), qui peut être un véhicule terrestre type ambulance, un hélicoptère, voir un moyen aéronautique. cf. " Moyens SMUR
    • d’un matériel de réanimation (médicaments, matériel de ventilation artificielle, surveillance des paramètres vitaux etc ...) cf. § Moyens SMUR

Leur rôle est d’apporter au malade ou au blessé les meilleurs soins possibles sur place, de définir en accord avec le SAMU le service le plus adapté pour recevoir le patient et d’assurer le transport dans de bonnes conditions.

Une activité en constante évolution :

Les CRRA/Centres 15 ont reçu environ 10 millions d’appels en 2004. Ces appels ont donné lieu à :

Réponse SAMU4,5 millions de cas médicaux
VSAV des sapeurs-pompiers 24 % des cas
Ambulancier privé 8 % des cas
UMH du SMUR 8 % des cas
Envoi d’un médecin généraliste à domicile 22 % des cas
conseil téléphonique 28 % des cas

Concernant l’activité SMUR :

Sorties SMUR 650 000 missions par an
Sorties primaires [4] 80 %
Transports secondaires [5]20 %

Globalement, l’activité des SAMU augmente à un rythme de l’ordre de + 10 % par an. Dans le même temps, le nombre d’interventions lourdes (celles des SMUR) reste sensiblement constant, oscillant entre 600000 et 650000 sorties annuelles dont 20000 interventions héliportées réalisées pour 13000 d’entre elles par des hélicoptères des SAMU.

[1] Numéro Européen d’Urgence, basculé selon les secteurs sur le 15 ou le 18

[2] réseau Secours et Soins d’Urgence

[3] Permanence Des Soins de la médecine libérale en dehors des heures ouvrées

[4] vers le domicile des patients ou vers les voies ou lieux publics

[5] transports médicalisés d’urgence entre deux établissements hospitaliers


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 464112

RSS RSSfr

Site réalisé avec SPIP 1.8.3 + ALTERNATIVES