UrgInfo 64A

Attelle platrée

dimanche 26 novembre 2006 par Jean Goalard

Voici les consignes pour réaliser les immobilisations provisoires des membres.

Ce qu’il ne faut pas faire

Glisser des bandes de plâtre dans un jersey et fixer rapidement l’ensemble par une bande Velpeau. Cette technique séduisante pour l’Urgentiste ou l’infirmier pressé est mauvaise pour le patient.

Mauvais attelle plâtrée (JPG)

Les inconvénients et les complications de cette technique sont :

  1. Une immobilisation de mauvaise qualité : les bandes de plâtre enfermées dans le jersey ne sèchent pas et se cassent.
  2. La macération cutanée : douze heures après sa pose, l’attelle est toujours humide. La peau mortifiée et humide est impropre à une incision chirurgicale.
  3. Des lésions cutanées : l’attelle se plisse, sa surface irrégulière génère des lésions de pression évoluant vers des escarres.

Ce qu’il faut faire

La technique est simple, mais nécessite plus de temps et de personnel (3 minimum).

(JPG)
  1. La protection :
    1. Par du jersey : enfiler 3 épaisseurs autour du membre. Il faut choisir un diamètre de jersey adapté au membre pour éviter les plis. Une protection supplémentaire par "coton cardé" n’est pas utile, sauf fragilité cutanée particulière (fracture ouverte, plaie...)
    2. Par des pansements ou protections larges, si la pose du jersey n’est pas adaptée, par exemple sur une fracture ouverte. Une 1ère bande fixe alors cette protection.
  2. Le plâtre : choisir une largeur permettant de couvrir, la moitié de la circonférence du membre. Huit épaisseurs de bande plâtrée sont posées et lissées sur la protection pour bien épouser les formes.
  3. Les renforts latéraux ou “haubans”  : (Schéma d’attelle de cheville ci-dessous). Utiliser 2 longueurs de plâtre — 3 épaisseurs chacune — reliant, de part et d’autre, l’avant pied au mollet.
  4. La contention : utiliser des bandes Velpeau très larges, qui diminuent la pression. Ne pas serrer.
  5. Attendre quelques minutes la prise du plâtre, avant de poser le membre.
Vue latérale de l'attelle de cheville (JPG)

En pratique

Toujours penser à :

  1. l’antalgie qui est le préalable à toute prise en charge.
  2. l’alignement du membre fracturé. Le contrôle radiographique est systématique après réduction et / ou immobilisation.
  3. Protection des plaies et des excoriations, même superficielles : Antisepsie rigoureuse puis pansement gras de type Urgotul.
  4. Laisser les extrémités libres visibles pour la surveillance neuro-vasculaire.
  5. Glaçage.
  6. L’immobilisation latérale par des sacs de sable pour éviter la rotation.
  7. Surélever le membre.

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 503748

RSS RSSfr

Site réalisé avec SPIP 1.8.3 + ALTERNATIVES