UrgInfo 64A

Testing tendineux des doigts longs

lundi 9 juillet 2007 par Jean Goalard

Les plaies des mains cachent souvent des lésions de diagnostic délicat. L’exiguïté de la plaie, le décalage des lésions cutanées et tendineuses, ou les suppléances des différents systèmes moteurs, sont autant de pièges que l’Urgentiste doit connaître avant d’affirmer l’absence de lésion tendineuse.

Seule l’exploration [1], qui suppose une connaissance anatomique précise de la main, apportera la certitude diagnostique, en particulier pour les lésions partielles.

L’examen fonctionnel garde néanmoins tout son interêt pour révéler d’emblée une lésion tendineuse des doigts longs [2]. Nous rappelons quelques gestes simples dans cet article.

Au moindre doute, l’Urgentiste doit confier l’exploration chirurgicale à un orthopédiste spécialisé MAIN.

Étude des mobilités passives

  • La mise en extension du poignet entraîne une flexion passive automatique et harmonieuse des doigts longs qui témoigne de la continuité des fléchisseurs.
  • La mise en flexion passive du poignet entraîne une extension automatique et harmonieuse des doigts longs qui témoigne de la continuité des extenseurs.

La normalité de ce test n’élimine pas les sections partielles.
La perte de cet effet ténodèse physiologique doit faire suspecter une section tendineuse.

Testing des fléchisseurs

Rappel anatomique :

  • Fléchisseur commun profond (FCP) = Flexion de l’IPD, puis flexion de l’IPP.
  • Fléchisseur commun superficiel (FCS) = Flexion de l’IPP. Participe à la flexion de la MP quand l’IPP est en flexion maximale.
  • Interosseux dorsaux :
    • Ecartement des doigts de l’axe de la main.
    • Flexion des MP.
    • Extension des IPP et IPD par la dossière lorsque la MP est en extension ou en position intermédiaire de flexion.
  • Interosseux palmaires :
    • Rapprochement des doigts de l’axe de la main.
    • Flexion des MP.
    • Extension des IPP et IPD par la dossière lorsque la MP est en extension ou en position intermédiaire de flexion.
  • Lombricaux : Flexion des MP et extension des IPP et IPD simultanées.

Pour simplifier :

  • P1 est fléchi par les interosseux.
  • P2 est fléchi par le FCS.
  • P3 est fléchi par le FCP.

L’examen cherche à distinguer une lésion du fléchisseur superficiel d’une atteinte du fléchisseur profond.

Tester le fléchisseur superficiel

  1. Maintenir les doigts sains étendus, pour neutraliser l’action du FCP.
  2. Maintenir P1 du doigt examiné en extension pour neutraliser l’action des interosseux.
  3. Demander de fléchir l’interphalangienne proximale (IPP), P2 sur P1, du doigt examiné.

(JPG)
FCS

L’impossibilité d’exécuter ce geste traduit une lésion du fléchisseur commun superficiel.

Tester le fléchisseur profond

  1. Bloquer l’IPP du doigt blessé en extension, pour neutraliser l’action du FCS.
  2. Demander de fléchir l’interphalangienne distale, P3 sur P2.

(JPG)
FCP

L’impossibilité de réaliser ce geste traduit une lésion du fléchisseur commun profond.

Jersey finger : désinsertion distale du FCP, souvent du IVe doigt, chez grimpeur ou rugbyman. Chirurgie urgente si rétraction.

Testing des extenseurs

Rappel anatomique :

  • Muscles extrinsèques (muscle dans l’AB) = extension de l’articulation métacarpo-phalangienne (MCP) et assiste l’extension de l’IPP et de l’IPD des 4 doigts longs.
    • L’Extenseur Commun des Doigts (ECD)
    • L’Extenseur propre du IIe doigt (EpII)
    • L’Extenseur propre du Ve doigt (EpV)
  • Muscles intrinsèques (muscle dans la main) = fléchissent la métacarpopahlangienne et participent à l’extension de l’IPP et de l’IPD.
    • Les 4 InterOsseux Dorsaux (IOD)
    • Les 3 InterOsseux Palmaires (IOP)
    • Les 4 lombricaux

Pour simplifier :

  • P1 des IIe et Ve doigts est étendu par les extenseurs propre et commun.
  • P1 des IIIe et IVe doigts est étendu par l’extenseur commun.
  • L’extension de P2 et P3 est assurée par les extenseurs, mais aussi les intrinsèques.
Tester les extenseurs propres du II et du V

  1. Neutraliser l’extenseur commun en fléchissant les IIIe et IVe doigts.
  2. Demander d’étendre les IIe et Ve doigts, séparément ou ensemble, « Faire les cornes »

(JPG)
EP II V

L’impossibilité d’exécuter ce geste pour le II et du V traduit une lésion de l’extenseur propre correspondant.

Tester les extenseurs au niveau des IPP et IPD

  1. Neutraliser les interosseux et les lombricaux en mettant la main à plat sur la table, ce qui maintient la MP en extension.
  2. Demander de lever chaque doigt successivement.

Certaines déformations sont caractéristiques :

Déformation en maillet ou « mallet-finger » : Lésions des extenseurs en Zone 1 (bandelettes latérales ou terminale) = flexion irréductible de l’IPD. —> attelle de Stack

(JPG)
Maillet

Déformation en " col de cygne " : Lésions des extenseurs en Zone 2 (bandelette terminale + ligaments rétinaculaires) —> traitement chirurgical.

(JPG)
Col de signe

Déformation en " boutonnière " : Lésions des extenseurs en Zone 3 (bandelette médiane au dos de l’IPP) = flexion de l’IPP et extension de l’IPD, souple et réductible au début. —> traitement chirurgical.

(JPG)
Boutonnière

Liens utiles :

Lésions des fléchisseurs de la main et des doigts

Lésions des extenseurs de la main et des doigts

[1] sous anesthésie locale, sans élargissement des plaies

[2] Le pouce, de fonctionnement plus complexe, possède des tendons indépendants. Son examen n’est pas traité dans cet article.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 464112

RSS RSSfr

Site réalisé avec SPIP 1.8.3 + ALTERNATIVES